Catégories

Comment partager les frais de l’assurance habitation quand on vit en colocation ?

Comment partager les frais de l’assurance habitation quand on vit en colocation ?

Vous allez emménager dans une colocation et vous cherchez des informations sur l’assurance habitation ? Nous allons vous éclairer à ce sujet et répondre à vos questions.

Colocation assurance habitation : quel contrat souscrire ? 

Comme vous le savez, l’assurance habitation est obligatoire dès lors que vous êtes locataire de votre logement. C’est donc le cas dans une colocation. Au minimum, vous devez donc souscrire une assurance comprenant une responsabilité civile et une garantie contre le risque incendie, le dégât des eaux et l’explosion. Il faudra transmettre l’attestation au propriétaire du logement ou à l’organisme de la gestion locative au plus tard au moment de l’état des lieux entrant. Ensuite, vous serez obligé de la redonner chaque année. Si vous ne le faites pas, après avoir été mis en demeure par le propriétaire, il est en droit de souscrire une assurance habitation à votre place et de l’ajouter à votre loyer. Suivant le bail signé, il peut aussi le résilier. 

A lire également : Les solutions d'assurance pour les propriétaires immobiliers : quelles options choisir ?

Maintenant que le rappel à la loi est fait, nous pouvons nous intéresser au contrat d’assurance habitation en lui-même. Vous avez deux options. La première est de souscrire une assurance commune avec tous les colocataires, en inscrivant le nom de chacun sur le contrat et en remboursant votre partie au signataire du contrat. La seconde est de souscrire une assurance habitation colocation de manière individuelle. Le tarif va être fixé en fonction de 

  • la surface du logement
  • le type de logement (maison ou appartement)
  • le lieu de la colocation
  • le nombre de colocataires
  • le niveau de garanties

Bien entendu, vous ne devez pas vous fier uniquement au prix de l’assurance. Il est également important de s’intéresser aux garanties incluses dans le contrat, le montant des franchises, ainsi que les exclusions de garantie. Suivant le type de logement et vos besoins, nous vous invitons à opter pour une multirisque habitation et pas la formule de base. En effet, vous pouvez aussi avoir besoin de souscrire une assurance scolaire. Dans ce type de contrat, elle sera comprise dedans. Au niveau des exclusions de garantie, regardez, par exemple, si vos biens personnels sont couverts ou non. 

A voir aussi : Assurance logement étudiant : comment faire des économies avec le Crédit Agricole

colocation assurance habitation

Comment souscrire un contrat d’assurance colocation ? 

Tout dépend du type de bail que vous avez signé. S’il s’agit d’un bail unique qui est modifié à chaque départ et arrivée d’un colocataire, l’assurance habitation peut être commune. Votre nom sera alors ajouté au contrat et vous devrez payer votre part, à la personne qui a souscrit le contrat. Cela peut être le propriétaire du logement, si cela est indiqué sur le contrat de location. Cela fera alors partie des charges.

Si vous avez signé un bail de manière individuelle, alors, il en sera de même pour l’assurance habitation. Même si cela peut être plus simple en cas de sinistre d’avoir souscrit auprès de la même compagnie d’assurance que les autres colocataires, vous êtes libre de faire votre choix. Nous vous suggérons de demander plusieurs devis, en passant par un comparateur en ligne. C’est simple, rapide, pratique et gratuit. 

Comment répartir les frais de l’assurance habitation en colocation ?

Dans une colocation, chaque colocataire paie une part égale de l’assurance habitation. Cela signifie que le montant total est divisé par le nombre de locataires présents dans le logement. Si vous êtes quatre, alors chacun d’entre vous devra payer 25% du coût total.

Il peut y avoir des cas particuliers. Si un seul colocataire a souscrit à l’assurance habitation et que les autres veulent lui rembourser leur part, cela peut entraîner des différences de tarifs en fonction des garanties choisies par chacun.

Il faut noter qu’il est illégal pour un propriétaire ou un bailleur social d’imposer la souscription d’une assurance habitation spécifique aux locataires. La loi permet cependant au propriétaire ou bailleur social d’imposer la souscription à une assurance responsabilité civile locative pour éviter tout dégât causé au logement loué. Les frais liés à cette assurance doivent être inclus dans les charges payées mensuellement par les colocataires.

Pour faciliter la répartition des frais liés à l’assurance habitation en colocation, nous vous recommandons donc de :
• Partager équitablement le coût total entre tous les occupants
• Vérifier ensemble quelles sont les couvertures dont chacun souhaite bénéficier et calculer ainsi le coût individuel qui correspond.

Les avantages et inconvénients de l’assurance habitation individuelle versus collective en colocation

Dans le choix entre une assurance habitation individuelle et collective en colocation, il existe des avantages et des inconvénients à prendre en compte.

Lorsque chaque colocataire souscrit son propre contrat d’assurance habitation, il est facile de gérer les sinistres qui ne concernent que lui. Il peut ainsi être indemnisé rapidement sans avoir à attendre l’accord du reste du groupe pour déclencher la procédure d’indemnisation. Cette option peut s’avérer plus coûteuse car chacun doit payer sa propre prime d’assurance. Les garanties offertes peuvent aussi varier selon les compagnies d’assurance, ce qui rendra la comparaison plus difficile.

En revanche, avec une assurance habitation collective, tous les colocataires sont couverts par un seul contrat. Cette solution est donc moins onéreuse car le coût total de la prime sera partagé équitablement entre tous les occupants de l’appartement. Cela simplifie aussi la gestion des sinistres impliquant plusieurs locataires car ils seront traités dans un unique dossier commun. Il faut faire attention aux exclusions liées au non-respect des conditions générales, par exemple si un colocataire n’a pas respecté ses obligations contractuelles ou ne participe pas financièrement au paiement des primes. Pensez à bien étudier toutes ces questions afin de choisir l’option qui correspond le mieux à votre situation particulière tout en prenant soin de vérifier que toutes vos attentes soient remplies par le contrat choisi.

Articles similaires

Lire aussi x