Catégories

Les rendements des SCPI : comment les comparer ?

Les rendements des SCPI : comment les comparer ?

Trouver une bonne SCPI pour un investissement n’est pas une tâche facile. En théorie, il y a énormément d’éléments à prendre en compte pour faire un choix optimal. En ce sens, beaucoup en arrivent à se demander quels critères suivre pour dénicher la bonne SCPI. Dans les faits, comparer les rendements des différentes SCPI est une bonne alternative. Comment faire ?

Utiliser les indicateurs de performances

Les indicateurs de performances sont en général utilisés pour comparer un certain nombre de SCPI entre elles. Cette comparaison doit tout de même être effectuée en fin d’année, c’est-à-dire au 31 décembre. Pour ce faire, vous pouvez faire usage du TOF, du TOP, du RAN et surtout du TDVM. Qu’est-ce que c’est réellement ?

A découvrir également : Choisir un terrain pour tiny house : critères et conseils essentiels

En réalité, il s’agit du taux d’occupation financier (TOF), du taux d’occupation physique (TOP), du report à nouveau (RAN) et du taux de distribution en valeur de marché (TDVM). C’est par ailleurs ce dernier indicateur qui vous sera plus pratique et simple à utiliser. Dans les faits, la SCPI qui présenterait un meilleur TDVM est celle qu’il vous faut. Pour appuyer votre choix, miser sur les autres éléments.

Trouver les marchés d’investissement de la SCPI

En cherchant à comparer les rendements d’une SCPI, il importe de s’intéresser de plus près aux marchés sur lesquels elle investit. En effet, toutes les SCPI ne font pas des placements sur les mêmes marchés, d’autant plus que ces dernières ne sont également pas toutes pareilles. Tout d’abord, les SCPI n’investissent tous dans le marché immobilier, aucun doute à se faire à propos.

Lire également : Comprendre le taux d'usure dans le prêt immobilier : un facteur clé pour votre investissement

Le point qui fait la différence ici est le secteur dans lequel une SCPI investit. Il peut s’agir de l’immobilier résidentiel, de l’hôtellerie, de la restauration, de l’immobilier pour maison de retraite ou encore dans l’immobilier éducatif. D’autres SCPI investissent même dans les édifices hospitaliers ou les supermarchés. Ainsi, pour faire une bonne comparaison des rendements d’une SCPI, vous devez maîtriser du bout des doigts le marché sur lequel investit la SCPI.

S’intéresser au gestionnaire de la SCPI

Le second élément à prendre en considération pour comparer les rendements d’une SCPI est la société qui s’occupe de la gestion. En effet, une bonne trentaine d’entreprises exerce dans ce domaine et proposent les mêmes services. Pour faire une comparaison optimale des rendements, il est impératif de s’intéresser au gestionnaire de chaque SCPI.

Posez-vous certaines questions essentielles. Qui possède des parts dans la société de gestion ? Où se trouve chacun d’entre eux ? Comment fonctionne la société de gestion et quelles sont ses réalisations ? Quel est le réel sourcing de l’entreprise ? Qui est à la tête de la société ? Une fois que vous avez toutes ses informations en main, vous comprendrez mieux le fonctionnement de la SCPI.

Analyser les perspectives

Un autre élément à prendre en compte pour une comparaison des rendements de SCPI est l’analyse de perspectives. Cette dernière complètera un bilan complet de toutes les performances passées de la SCPI. Concrètement, il s’agit de jeter un œil sur les projets futurs de la SCPI et les prochaines stratégies que le gestionnaire pense mettre en place.

Pour réussi dans cette entreprise, vous pouvez déjà commencer par vous questionner pour mieux cerner lesdites perspectives. Quelles sont les stratégies présentes du gestionnaire de la SCPI ? Comment pense-t-il investir dans l’immédiat ou sur le long terme pour la SCPI ? Les dernières réalisations sont-elles intéressantes ? Le gestionnaire de la SCPI prend-il des risques mesurés ? Trouver les réponses à toutes ses questions peut vous permettre de mieux comparer les rendements des SCPI.

Comparer les rendements des SCPI entre elles, c’est ouvrir la porte sur de nombreux éléments clés. Commencez d’abord par utiliser les indicateurs de performances pour trier les SCPI. Ensuite, faites une analyse qualitative de chaque SCPI pour élaborer les perspectives en cours comme futures. Aussi, importe-t-il de s’intéresser au marché sur lequel chaque SCPI place des fonds et surtout quel gestionnaire elle emploie ?

Comprendre les différents types de rendements des SCPI

Pour comprendre les différents types de rendements des SCPI, pensez à bien connaître le fonctionnement de ces sociétés civiles et leurs modes d’investissement. Effectivement, les rendements des SCPI se divisent en deux catégories : les rendements locatifs et les plus-values.

Les rendements locatifs correspondent aux loyers perçus sur l’ensemble du patrimoine immobilier détenu par la SCPI. Ils sont distribués aux investisseurs sous forme de dividendes, sous une forme connue comme un taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) qui permet d’évaluer chaque année combien rapporte à un instant T une SCPI rapportée au prix auquel elle est cotée en Bourse.

Quant aux plus-values, elles sont obtenues grâce à la revente des actifs immobiliers détenus par la SCPI ou encore suite à l’augmentation de leur valeur au fil du temps. Ces dernières peuvent être très intéressantes pour augmenter significativement vos revenus mais requièrent aussi une certaine expertise dans le domaine.

Il existe aussi un autre type de rendement que nous pouvons qualifier « d’avantage fiscal ». Il s’agit notamment des réductions fiscales telles que celles liées à certains dispositifs tels que Pinel ou Malraux qui réduisent l’imposition sur le revenu tout en offrant potentiellement une rentabilité attractive.

Comparer les différentes performances financières des Sociétés Civiles immobilières nécessite donc une analyse précise tenant compte tantôt des éléments qualitatifs, tantôt quantitatifs selon chaque profil d’investisseur afin qu’il puisse faire son choix selon ses objectifs personnels. Quoi qu’il en soit, la connaissance du marché immobilier et des mécanismes sous-jacents demeure un élément essentiel pour réussir dans cette entreprise.

Prendre en compte les frais et charges liés à l’investissement en SCPI

Les SCPI sont des investissements dont les rendements peuvent être très intéressants. Avant de vous lancer dans ce type d’investissement, pensez à bien prendre en compte tous les frais et charges liés à l’opération.

Effectivement, ces produits financiers ne sont pas sans coûts. Dans un premier temps, la commission de souscription, qui correspond aux honoraires perçus par le distributeur pour son travail de commercialisation et qui représente généralement entre 8 % et 12 % du prix d’achat des parts.

Pensez à bien tenir compte des frais récurrents tels que les frais de gestion annuels (en moyenne autour d’1 % du montant investi) ou encore les frais d’enregistrement auprès du Service Public Foncier (SPF). Ceux-ci se calculent sur le montant total investi au prorata des parts conservées par chaque associé.

Certains contrats peuvent prévoir une clause relative à la variation du taux d’intérêt applicable au crédit contracté pour financer cet investissement immobilier. Les taux varient selon la conjoncture économique mais aussi selon l’établissement bancaire choisi pour réaliser votre opération immobilière.

La fiscalité doit elle aussi être prise en compte. En fonction du régime fiscal choisi lors de l’acquisition des parts • soit l’impôt sur le revenu, soit celui sur les sociétés -, cela peut engendrer un impact plus ou moins significatif sur vos revenus fonciers nets imposables ainsi qu’une incidence sur les droits de succession.

Pensez à bien noter que l’investissement dans une SCPI implique souvent une durée d’immobilisation longue des capitaux investis. Cela signifie qu’il n’est pas toujours facile de récupérer rapidement son capital en cas de besoin urgent, ce qui doit être pris en compte lors de la réflexion préalable à l’investissement.

Pour éviter toute mauvaise surprise et s’assurer un rendement optimal aux parts acquises sur le marché secondaire ou au moment du lancement d’une nouvelle émission, pensez à bien frais inhérents à chaque acquisition afin de maximiser ses gains tout en minimisant ses coûts.

Articles similaires

Lire aussi x