Catégories

Comment calculer la rentabilité d’un bien en location ?

Comment calculer la rentabilité d’un bien en location ?

La location immobilière est l’un des moyens les plus employés pour diversifier les revenus. Avez-vous un bien que vous avez vous aussi décidé de mettre en location ? Si la réponse est oui, vous serez bien heureux d’apprendre que vous pouvez identifier les bénéfices que vous rapportera votre immeuble en calculant la rentabilité de la location. Si vous ignorez comment vous y prendre, voici qui devrait vous intéresser. On vous explique dans ce billet comment calculer la rentabilité d’un bien en location.

Calculer le taux de rendement brut du bien

Afin de déterminer la rentabilité d’un bien en location, vous devez premièrement calculer son rendement brut. Le rendement brut du bien s’estime en pourcentage et prend en compte les bénéfices que vous en tirez. Dans le cas présent, il vous permettra alors d’identifier les avantages que vous offriront les loyers perçus.

A lire en complément : 5 erreurs à éviter lorsque vous investissez dans l'immobilier

Pour le calculer, vous aurez alors besoin de la valeur annuelle des loyers perçus sur le bien. Le prix d’achat du bien est également nécessaire à ce niveau. Pour obtenir la valeur annuelle des loyers, il vous suffit de multiplier le montant du loyer par 12. Divisez ensuite la valeur annuelle des loyers par le prix d’achat du bien et multipliez le résultat obtenu par 100.

Vous venez ainsi de calculer le taux de rendement brut de votre bien en location. Ce premier calcul n’est cependant pas suffisant pour connaître la rentabilité de votre bien. Un second calcul plus poussé est alors nécessaire.

A découvrir également : Les avantages et les inconvénients des investissements immobiliers

Calculer le taux de rendement net du bien

calcul

La deuxième étape qui permet de déterminer la rentabilité d’un bien en location est le calcul du taux de rendement net du bien. Ce dernier se diffère du taux brut, car il prend en considération aussi bien les revenus tirés de la location que les charges couvertes par le propriétaire. Il s’agit généralement de la taxe foncière, les frais d’entretien de la maison, les frais de gestion locative au cas où l’administration de la maison est confiée à une agence immobilière, etc.

Pour calculer le taux de rendement net de votre bien en location, suivez la même procédure présentée plus haut. Vous devrez néanmoins soustraire toutes vos charges au montant annuel des revenus locatifs. Ainsi, vous diviserez le résultat obtenu par le prix d’acquisition du bien. En multipliant par 100, vous obtiendrez en pourcentage un taux de rentabilité fiable de votre bien en location.

Utiliser la méthode Larcher et les calculateurs en ligne

Si vous souhaitez déterminer la rentabilité de votre bien en location avec davantage de sûreté, vous pouvez utiliser la méthode Larcher. Elle consiste à ne tenir compte que de neuf fois de loyer pour déterminer le taux de rentabilité brut d’un bien. Les trois mois de loyer écartés du calcul suffiront à couvrir efficacement les charges, car représentant 25% des revenus locatifs.

Vous serez bien heureux d’apprendre qu’il est possible d’obtenir de l’aide lors du calcul la rentabilité de votre bien en location si vous n’y arrivez pas tout seul. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous rendre sur Internet et rechercher les calculateurs en ligne. Vous y indiquerez la valeur d’acquisition du bien, le montant du loyer ainsi que vos charges et les calculateurs vous indiqueront votre taux de rentabilité.

Analyser les coûts liés à la gestion de la location

Lorsque vous souhaitez investir dans l’immobilier locatif, pensez à bien évaluer la rentabilité finale.

Parmi ces coûts, on peut citer les frais d’agence immobilière si vous passez par un professionnel pour trouver un locataire. Ils représentent généralement un mois de loyer hors charges et sont payables par le propriétaire bailleur.

Il y a aussi les honoraires du syndicat des copropriétaires s’il s’agit d’un bien en copropriété. Ces frais sont destinés à couvrir les différentes tâches administratives en lien avec la gestion de l’immeuble.

Les coûts liés aux travaux et à l’entretien régulier du logement doivent aussi être pris en compte. Pensez à bien évaluer les dépenses annuelles nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de la location.

N’oubliez pas que lorsque vous louez un bien immobilier meublé ou équipé (par exemple avec une cuisine équipée), cela engendre des contraintes supplémentaires telles que celles relatives au renouvellement périodique des éléments mobiliers usagés ou défectueux.

Une fois tous ces paramètres analysés et chiffrés, vous obtenez alors le coût total nécessaire pour gérer correctement votre bien locatif ainsi qu’une idée plus claire concernant sa rentabilité nette véritable.

Avant d’investir dans un bien immobilier locatif, pensez à bien comprendre tous les coûts liés à la gestion, qui peuvent amener des surprises si vous n’y êtes pas préparé.

Prendre en compte les charges déductibles fiscalement

Une fois que vous avez bien évalué tous les coûts liés à la gestion de votre bien locatif, il faut prendre en compte les charges déductibles fiscalement. Effectivement, certaines charges peuvent être soustraites du montant imposable de vos revenus fonciers. Parmi ces charges, on peut citer :

• Les travaux et réparations nécessaires pour assurer le bon fonctionnement ou l’amélioration du logement

Il faut garder précieusement toutes vos factures et justificatifs afin de pouvoir bénéficier des avantages fiscaux qui en découlent. Sachez aussi qu’en optant pour le régime réel d’imposition des revenus fonciers plutôt que le régime forfaitaire, vous pouvez augmenter encore davantage cette rentabilité nette. Cela demande un peu plus d’efforts administratifs mais peut valoir vraiment le coup si vous êtes prêt à investir dans une comptabilité rigoureuse.

Attention aux pièges ! Certaines dépenses ne sont pas déductibles fiscalement, comme par exemple certains travaux considérés comme des améliorations plutôt que comme des réparations courantes (comme installer une piscine, par exemple). Veillez donc à respecter scrupuleusement la législation en vigueur pour éviter tout désagrément fiscal.

Pour calculer la rentabilité nette de votre bien immobilier locatif, il faut prendre en compte les charges déductibles fiscalement. Cela peut vous permettre d’améliorer significativement cette rentabilité et donc de pérenniser votre investissement sur le long terme.

Articles similaires

Lire aussi x