jeudi 20 septembre 2012

Les vendeurs rêvent encore...

Le Figaro titre que les vendeurs sont déconnectés de la réalité, pour le site Boursier, ils prennent leur désirs pour des réalités, que s'est-il passé pour que tous les quotidiens se soient donné tant de mal à dire, d'une manière originale, la même chose ? Et bien c'est que Bernard Cadeau, le patron d'Orpi est passé sur BFM en réclamant  un "Grenelle du logement" pour répondre à la crise du logement en France et redonner "des perspectives" au secteur."



L'immobilier semble être en crise depuis toujours, chacun pouvant s'estimer mal loger, les professionnels pouvant estimer ne pas en vivre, les acheteurs ne pas pouvoir acheter, etc. Bref les professionnels de l'immobilier demandent donc à l'Etat de faire quelque chose, tant il semble prouvé que sans lui la situation serait bien pire encore...

Revenons aux chiffres puisqu'Orpi nous a sorti :


Les vendeurs sont devenus trop exigeants. Ainsi, entre le prix souhaité par le vendeur et le prix définitif des biens vendus, c'est le grand écart ! Au premier semestre 2012, un vendeur de maison souhaitait tirer en moyenne 265.000 Euros de la transaction, l'agent affichait le bien à 253.000 Euros et il partait finalement à 247.000 Euros (-6,8%). Cette année, le vendeur part de plus haut, à 272.000 Euros, pour arriver plus bas à 245.000 euros (-10%) !

Pour les appartements, c'est dans des proportions un peu moindres. L'an passé, pour un prix souhaité de 201.000 Euros, l'affichage avait lieu à 192.000 et la vente à 188.000 (-6,5%), alors que cette année les vendeurs espèrent récolter 212.000 Euros, l'annonce indique en moyenne 205.000 euros et la vente se conclut finalement à 197.000 euros (-7,1%).

Bon nombre de vendeurs "sont dans le rêve et ne se montrent pas très pragmatiques", constate ainsi Bernard Cadeau, le président du réseau immobilier Orpi, cité par Le Figaro.

En fait, le chiffre qui embête le plus les professionnels c'est le délais de vente qui est passé à 92 jours, autant de temps sans trésorerie.

Donc, chers lecteurs vendeurs, le réseau d'agences immobilière vous dit en gros de baisser vos prétentions car les délais de ventes s'allongent faute d'acheteurs se précipitant, ce qui se traduit par des commissions qui ne rentrent pas pour Orpi et ses amis. En fait il pense que vous délirez. Tandis que pour eux, une commission qui baisse de deux ou trois mille euros, du moment qu'elle rentre vite fait bien fait, ça ne change pas beaucoup les habitudes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire