dimanche 23 septembre 2012

Le bonus malus 2012

Nous nous dirigeons vers un système de bonus-malus sur les tarifs de l'énergie en France.


L'Assemblée a adopté une proposition visant à appliquer un bonus-malus sur les tarifs de l'énergie, ce en fonction de l'âge, du nombre de personnes dans le foyer, le mode de chauffage ou encore de la situation géographique.



Voilà donc une belle usine à gaz en construction avec comme corollaire on peut le parier, une belle consommation de ressources publiques, la création d'une agence spécialisée, le tout pour lisser, égaliser, mais enfin surtout prélever des taxes supplémentaires sous couvert d'écologie. En effet, l'intitulé de la loi est très évocateur : préparer la transition vers un système énergétique sobre. Autant dire, vous obliger à consommer moins pour payer.. pareil, ou bien payer plus.

On commencera donc par l'expérimenter sur l'eau, avant d'étendre le dispositif. Le texte sera examiné à partir du 25 septembre.  La communication politique, dont le mode est de souffler le chaud et le froid, de lancer des phrases pour tester l'opinion, de brandir des bâtons pour nous donner plus facilement des pichenettes, nous annonce dès maintenant toute une série d'exceptions imaginées par le libre-arbitre fantaisiste de nos fonctionnaire sera dressée, qui pour les personnes âgées qui ont plus froid, les appareils respiratoires, les voitures électriques ou les appareils pour handicapés...
 

Une base de données des habitudes de tous les français


Pour taxer et discriminer, il faut une base de données précises de votre consommation d'énergie. En gros, votre mode de vie, combien de temps vous restez sous la douche, etc.

Le président de la commission des Affaires économiques, M. Brottes, précise tout de suite dans l'amendement qu'il a ajouté, que les données  « ne seront pas vendues par les fournisseurs d'énergie ». C'est Bercy qui va collecter toutes ces informations qui devront pourtant bien être transmises à EDF et autres pour leur permettre d'appliquer le bonus ou le malus sur votre facture...



Nos législateurs, qui avouent eux-même que ce que nous nommons usine à gaz sera tout de même un mécanisme « complexe », et prévoient aussi d'élargir à quatre millions de personnes supplémentaires les tarifs sociaux de l'énergie.

Pour résumer, un triste constat : le dirigisme collectiviste continue, pour plus de taxes et plus de pauvres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire