jeudi 18 avril 2013

En finir avec la bulle immobilière, par Vincent Bernard


Quand l'immobilier va, tout va ne rime pas nécessairement avec augmentation des prix et difficultés pour se loger. Le blocage du marché ne profite pas au secteur et contrairement aux idées reçues, le manque de liberté - et donc de libéralisme - dans le secteur de la construction entraîne un effet de rareté et de la spéculation.

Vincent Bernard nous explique dans son article pourquoi la baisse des prix et le dégonflement de la bulle est une bonne nouvelle pour l'économie.

"L'immobilier, parce qu'il est, à tort, plus perçu comme un placement que comme un bien de consommation, est le seul secteur d'activité dans lequel certains parlent de crise quand les prix baissent."

"Dans aucun autre secteur, un économiste n'oserait affirmer que la capacité des offreurs à imposer des prix élevés est une bonne chose. L'immobilier ne fait pas exception."

 Libéraliser ne veut pas dire supprimer toutes les règles, mais permettre l'accès à la propriété privée à un plus grand nombre en permettant de construire plus facilement et redistribuer un peu les cartes aux acheteurs, surtout les plus jeunes. Ne serait-ce pas là une situation plus équitable ?

Lire l'article de Vincent Bernard sur ObjectifEco : http://www.objectifeco.com/immobilier/business-de-limmobilier/prix-de-limmobilier/la-baisse-des-prix-de-limmobilier-une-bonne-nouvelle-pour-leconomie.html

samedi 6 avril 2013

Les notaires confirment la baisse des prix, Paris compris

Nous y voilà.

Nombre de ventes en diminution, prix au m2 d’un appartement francilien en baisse de 1% sur 3 mois, à Paris, "la baisse semble enclenchée" selon les actes notariés anticipant les ventes à 3 mois...

L'annonce sur le site des notaires de Paris : http://www.notaires.paris-idf.fr/actualites/immobilier-paris-et-en-ile-de-france-la-baisse-des-prix-se-confirme

lundi 25 mars 2013

Immobilier 2013 T1 : Analyse de Loïc Abadie (ObjectifEco)

Je trouve les analyse de Loïc Abadie intéressantes. Il ne prend pas parti avec emportement, il analyse et donne son sentiment sur un secteur afin de donner des conseils en placement boursier sur les valeurs impactées.

Les ventes de logements neufs par les promoteurs ont chuté de 28% en 2012 par rapport à 2011, et sont à leur plus bas niveau en 16 ans. Les ventes à destination des investisseurs individuels connaissent même un véritable effondrement (-42%). Et nouvelle baisse des mises en chantier en ce début d'année.

Au vu de l’importance de la chute du nombre de ventes, comparable à celle observée en 2009, cette accélération baissière a toutes les chances d’intervenir dans un délai inférieur à un an. 

Conclusion :


Les investisseurs doivent être conscients qu'aucune des mesures annoncées par le gouvernement, centrées sur le logement public et sans financement pour le reste, ne viendra soutenir la demande du secteur privé en immobilier, et encore moins les prix du marché.

Une baisse des prix de plus en plus rapide est donc probable dans les trimestres à venir en France, en particulier en région parisienne.


Source : http://www.objectifeco.com/immobilier/business-de-limmobilier/prix-de-limmobilier/point-immobilier-1er-trimestre-2013.html

samedi 16 mars 2013

Baisse de l'immobilier : on commence à vous le dire

Il aura fallu attendre mais voilà, on commence à oser le dire sur les médias, l'immobilier est en baisse.


dimanche 3 février 2013

Sondage : bulle immobilière

476 personnes ont répondu sur notre site Bulle-Immobiliere.fr à la question "Que pensez-vous de la bulle". Si 62% des internautes ayant répondu pensent qu'elle va éclater, 24% la voient se dégonfler lentement. Au total 86% des personnes interrogées ne se font pas d'illusions sur le mouvement baissier.

Nous vous invitons à continuer à voter pour ce sondage dans la colonne de droite, et à donner votre avis aussi, si vous le désirez, sur la question du rôle de l'Etat, puisqu'une partie de l'opinion pense que ce dernier n'est pas étranger à notre singulière bulle française.